Elevage Africain

Le vaccin buvable : les 10 causes de son échec

Partager cette publication

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur email

Il est important de comprendre ce que nous désignons par échec vaccinal. Dans cet article nous allons aborder les causes de l’échec de vaccin buvable. Pour ce faire, nous allons nous référer à l’objectif de la vaccination. Cet objectif c’est la production par l’organisme de la volaille (dans le cas d’espèce) des anticorps spécifiques à une maladie.

On parlera d’échec vaccinal lorsque les anticorps spécifiques n’ont pas été produits par l’organisme de la volaille. De façon générale cela se traduit par un résultat négatif lors du dosage d’anticorps après la vaccination et l’apparition d’une maladie au niveau d’un cheptel vacciné contre la même maladie.

Cause n°1: Une mauvaise qualité du vaccin

La première cause d’échec vaccinal que je voudrais partager avec vous c’est la mauvaise qualité du vaccin. Quelles que soient les précautions prises après son acquisition, un vaccin de mauvaise qualité ne pourra pas induire la production d’anticorps spécifiques. Un vaccin de mauvaise qualité est un vaccin dont la fabrication n’a pas été conforme aux normes internationales en matière de management de la qualité. Il s’agit d’un produit biologique défaillant qui ne pourra pas induire la réponse immunitaire souhaitée.

Cause n°2: Les désinfectants

L’utilisation des désinfectants juste avant, au cours et après la vaccination peut constituer une cause d’échec vaccinal. Les matériels utilisés pour la vaccination ne doivent pas être désinfectés. Une attention particulière doit être accordée aux désinfectants virocide et bactéricide. Il est conseillé de respecter un délai de 3 à 7 jours avant et après la vaccination.

Cause n°3: Le non-respect de la chaine froide

Lorsque la chaîne de froid n’est pas respectée, la qualité du vaccin peut être altérée. Le vaccin ne pourra donc pas induire la réponse immunitaire souhaitée.Le vaccin avicole buvable doit être approvisionné dans une glacière ayant de la glace et maintenu comme tel jusque l’administration aux volailles.

Cause n°4: L’utilisation de l’eau du robinet

L’eau de dilution du vaccin buvable peut être une cause d’échec vaccinal. Il n’est pas recommandé d’utiliser de l’eau contenant des désinfectants : l’eau de robinet est donc proscrite. Vous pouvez utiliser par exemple l’eau de puits ou de forage etc. Dans ce cas, le puits ou le forage ne devrait pas être désinfecté et entretenu récemment. Au cas où, la qualité chimique de l’eau n’est pas maîtrisée, il faut y ajouter de lait écrémé à 2 % avant de l’utiliser pour la dilution du vaccin buvable.

Cause n°5: La non maitrise de la quantité d’eau optimale

La non maîtrise de la quantité optimale d’eau à utiliser pour la dilution du vaccin buvable peut être une cause d’échec vaccinal. Deux situations peuvent se présenter :

Première situation: La quantité d’eau est au-delà de la norme et conduit à une dilution exagérée du vaccin. Dans ce cas, les poussins n’auront pas bu la dose vaccinale pouvant déclencher la réponse immunitaire souhaitée. Au terme de la vaccination, il reste une bonne quantité de la solution vaccinale…

Deuxième situation: La quantité d’eau est en-delà de la norme et entraîne une forte concentration virale dans la solution vaccinale. Ce qui conduit à un surdosage du vaccin chez les volailles dont certaines peuvent manifester la maladie (en primo-vaccination) lorsqu’il s’agit des vaccins vivants (exemple du vaccin contre la maladie de Gumboro). Par contre, le surdosage des vaccins buvables inactivés ne provoque pas la maladie mais constitue simplement une perte économique pour l’entreprise. En cas de surdosage du vaccin (quantité d’eau insuffisante), la solution vaccinale est le plus souvent terminée sans que certains sujets ne puissent boire le vaccin.

Cause n°6: Un mauvais état des volailles

Un mauvais état général des volailles peut être une cause d’échec vaccinal. Certains facteurs peuvent affecter l’état général des volailles qui ne pourront pas de ce fait, induire une bonne réponse immunitaire. La plupart du temps, lors de la programmation et de la réalisation de la vaccination, la corrélation n’est pas faite entre l’occurrence de ces facteurs et la réussite de la vaccination.

 Cause n°7: Une Forte Densité

Le non-respect des normes en matière de densité des volailles dans le poulailler n’offre pas la condition optimum pouvant permettre une bonne réussite de la vaccination. Évitez donc le surpeuplement et respectez les normes en matière de densité.

 Cause n°8: Une Mauvaise Ventilation

La bonne ventilation ou le bon échange gazeux est très important pour le bien-être des volailles. Cet échange gazeux se fait entre l’oxygène et les gaz nocifs (gaz carbonique, ammoniac etc.) provenant des fientes, de la respiration, du mélange de la fiente avec la litière etc. L’objectif poursuivi par la bonne ventilation du poulailler est en fait l’apport de l’oxygène ; et, personne n’ignore le rôle combien important de l’oxygène dans le bien-être des êtres aérobies. Les volailles dans un environnement mal oxygéné ne pourront malheureusement pas produire des anticorps spécifiques pouvant faire de la vaccination une réussite.

Cause n°9: Une température ambiante élevée

A chaque âge correspond une température ambiante donnée pour les volailles. Lorsque la température ambiante du poulailler est trop élevée, comparée à la normale, les volailles s’étouffent, la respiration s’accélère, la consommation d’eau augmente, le métabolisme s’accélère… L’organisme de la volaille s’active donc pour « affronter » l’agression extérieure que constitue la température élevée. Il en est de même pour une température ambiante très basse à la norme. Un bon suivi de la température ambiante contribue à la réussite de la vaccination.

Cause n°10: une forte humidité

Tout comme la température, il existe une norme à chaque âge pour le taux d’humidité relative de l’air (hygrométrie). Il est donc important de connaître lesdites normes et de les appliquer afin d’atteindre les objectifs fixés. En outre, il faut éviter tout écoulement d’eau dans la litière car une litière mouillée est un terreau propice au développement et à la prolifération des germes pathogènes.

Rappel

La présence de maladie (quelle que soit l’origine) au sein d’un cheptel vacciné est une cause majeure d’échec vaccinal. De façon générale un sujet malade ou en incubation ne produit pas de réponse immunitaire spécifique à la suite d’une vaccination. Il faut traiter le cheptel et s’assurer du bon état sanitaire avant de réaliser la vaccination. Une fois que les sujets sont en bon état de santé, il est conseillé de leur administrer de la vitamine avant et après la vaccination.

Conclusion

Sur la notice de tout vaccin, le fabricant prend le soin d’expliquer les spécificités du produit dont les conditions de conservation, de l’utilisation, de l’installation de l’immunité etc. Ignorer de prendre connaissance de la notice du vaccin et de mettre en application ses recommandations spécifiques peut être une cause d’échec vaccinal. Vous devez donc toujours lire la notice et en tenir compte…

J’espère que ce article vous aidera. N’hésitez pas à le partager en cliquant sur les boutons de partages, juste en dessous!

Questions aux lecteurs

  • Avez-vous déjà été tenté de faire le business de l’élevage de la volaille en Afrique ?
  • Si oui l’avez-vous réalisé ou abandonné ? Réussi ou Raté ? Pour quelles raisons ?
  • Dans tous les cas, cet article vous a-t-il apporté un éclairage nouveau ?

Merci pour vos témoignages, questions, réponses dans la zone commentaires ci-dessous

1 réflexion sur “Le vaccin buvable : les 10 causes de son échec”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More To Explore

error: Content is protected !!
Besoin d'aide? Discutons